Portraits

Délamination du pneu de Redding : Michelin émet ses conclusions

Après l’incident en Malaisie lors des essais hivernaux durant lesquels la moto GP de Loris Baz voit son pneu arrière voler en éclat, Michelin se trouve dans une nouvelle impasse suite à la délamination de la roue arrière de la Ducati de Scott Redding. Les deux pilotes se sont miraculeusement sortis indemnes. Pour beaucoup, le problème de pneus rencontré par Michelin serait étroitement lié au modèle de la moto et au gabarit des pilotes. Loris Baz et Scott Redding font approximativement le même poids et conduisent tous deux un Ducati.

Une séance d’essais libre a failli tourner au drame

Alors qu’une séance de FP4 devrait normalement se dérouler tranquillement pour permettre aux pilotes de trouver leur rythme de course, cela a failli tourner en catastrophe en Argentine. Le pneu arrière de la Ducati de Redding s’est arraché en plein parcours ayant pulvérisé l’arrière de la selle et touché le pilote au dos. L’anglais n’est pas tombé de son bolide, fort heureusement, mais l’accident a toutefois entraîné la levée d’un drapeau rouge. La direction de course a tout de suite demandé l’interruption de la séance pour mettre cette situation au clair.
Interrogé par la presse, le pilote anglais fait part de ses impressions : « J’ai vraiment eu peur, j’ai ressenti un bruit étrange à l’arrière et j’ai ensuite vu le pneu partir en morceaux ».
Malgré la mésaventure, le pilote a tout de même réussi à gérer la situation sans encombre. « J’ai pu sortir de la piste sans tomber et m’estime chanceux d’être encore debout pour pouvoir le raconter » a-t-il conclu.
Au micro d’une commentatrice d’Eurosport Lors Baz explique à son tour ce qu’il venait d’assister : « Tout est allé si vite sous mes yeux. Alors que Scott négociait le virage à 200 km/h, son pneu arrière est parti en éclat. Cela m’a subitement rappelé de mauvais souvenirs … D’autant plus que Scott fait à peu près le même poids que moi. C’est peut-être la source du problème » craint-il.

Les incidents de Baz et de Redding sont deux cas part selon Michelin

Le constructeur pneumatique français insiste de son côté sur le fait que ce qui vient d’arriver à Redding est un cas isolé, distinct de celui qui s’est réellement produit à Sepang. Le directeur technique de Michelin Motorsport soulève trois facteurs à l’origine de la délamination du pneu arrière du pilote anglais. Le premier est lié au niveau de température relativement élevée de la piste, le second à l’exigence du tracé du circuit et le troisième à la corpulence du pilote.
Pour le cas du pilote Haut-Savoyard, Nicolas Goubert insiste sur le fait que l’origine de l’accident est due à une crevaison de pneu. Les lambeaux ramassés sur piste étaient notamment envoyés à Clermont-Ferrand pour être examinés. Il en résulte, après reconstitution de pneus, qu’un élément s’est introduit dans la gomme pour provoquer la crevaison.
La délamination pneumatique n’est pas un phénomène nouveau chez les manufacturiers. Bridgestone a aussi connu de telles mésaventures en 2004 avec Nakano dont le pneu arrière de la moto éclata alors qu’il frôlait les 300 km/h. Il en est de même pour Pirelli quelques années auparavant lors du Grand Prix F1 d’Angleterre à Silverstone.

Cliquer pour commenter

Repondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actus populaires

Haut