Autres

ePrix de Paris : bagarre indécise entre deux DS Virgin

A l’occasion du premier ePrix, le circuit des invalides voit deux monoplaces électriques d’une même écurie se lancer dans une rude bataille pour obtenir la victoire. Malheureusement pour le Britannique, son départ en pole position ne lui a pas fait profiter du meilleur classement en fin de course. C’est au pilote français Jean-Éric Vergne que revient le privilège de signer le podium en seconde place … pour sa course à domicile. Après accrochage des deux monoplaces au second virage, le Britannique se voit contraint de céder la seconde place à son coéquipier, dépassé par Lucas Di Grassi.

Le duel entre deux pilotes du même camp : chacun a son propre point de vue

Alors que le pilote anglais tente de mettre la pression sur son coéquipier français, les tentatives de dépassement aboutissent à une entrée en contact qui a failli faire perdre à Jean-Éric Vergne sa course à domicile. Déboussolé sous la pression de Sébastien Buemi, Bird panique et fonce droit au premier virage, il termine en sixième place.
Interrogé par la presse, Sam Bird affirme constater un manque de collaboration chez Vergne alors que tous deux auraient pu bénéficier du meilleur classement, vu ses performances. « J’avais l’impression d’être plus rapide que lui, Vergne était une chicane mobile » déclare-t-il.
Tout au long de la compétition, le directeur de l’équipe était confronté à un dilemme puisqu’il faut rappeler aussi que l’anglais lui a fait gagner 74 points contre seulement six pour Jean-Eric avant l’ePrix de Paris. L’écurie décide toutefois de laisser champ libre à Vergne pour sa course à domicile. D’un côté, Alex Tai regrette de ne pas avoir donné la chance à l’anglais. « Avant l’arrêt au stand, il y a eu un moment où Bird avait plus d’énergie, et il aurait pu être bénéfique pour l’équipe de le libérer » déplore-t-il, mais d’un autre côté : « Il est difficile de demander à un pilote à l’esprit compétitif tel que Vergne de courir sous l’ombre de son partenaire alors qu’il joue dans son propre terrain ».
Parti en troisième position sur la grille de départ, Jean-Éric Vergne termine deuxième et est fier du résultat. « Paris était une course importante à mes yeux et cette compétition de formule E est un nouveau point de départ de ma saison » explique-t-il. Le pilote français DS Virgin est déterminé à se battre pour sa carrière. « Je n’ai pas remporté la course certes, mais au moins je signe la seconde place du podium et je continuerais à progresser dans ce sens » a-t-il ajouté.

Cliquer pour commenter

Repondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actus populaires

Haut