Compétition

Formule 1 : Toro Rosso lance son nouvel aileron arrière

Formule 1

Lors du troisième grand Prix en Chine, l’écurie italienne avait utilisé un nouvel aileron arrière permettant de tester les fonctionnalités d’un nouveau flap supérieur dans le but de rendre ses monoplaces STR11 plus performants. Le flap en question comportait deux sculptures à sa pointe. Celles-ci permettent notamment de mieux gérer la façon dont le flux d’air circule autour de la structure.
L’aileron a été testé lors des essais libres en Chine, mais le prototype n’était pas encore jugé opérationnel pour les épreuves de qualification et de course en cette occasion. Les pilotes ont donc opté pour la configuration classique offrant moins d’angle d’attaque et uniquement de persiennes. Le bord d’attaque de la plaque d’extrémité étant séparé de la partie supérieure.
Les améliorations apportées sur le nouveau monoplace STR11 de Toro Rosso permettent d’infiltrer la quantité d’air nécessaire au refroidissement de freins arrière grâce à la jonction entre la suspension arrière et le conduit de frein. L’équipe a aussi eu l’occasion de tester l’ailette Y150 lors d’une séance d’essai sur piste humide.

Problèmes avec les modèles FW36, FW37 et FW38 de Williams

L’inconvénient de la Williams FW36 de 2014 consistait en ce que le monoplace est moins performant au virage à la moindre perte supplémentaire d’appui. En vue d’y remédier, l’équipe a mis en place le FW37 l’année d’après, notamment pour une meilleure prise en main et une reprise optimale à chaque fois que le véhicule négocie un virage.
Le monoplace Williams FW38 utilisé en 2016 souffre quant à lui d’un problème de performance et de résistance. Cela étant vraisemblablement en partie lié aux hautes pressions pneumatiques imposées par Pirelli. L’une des origines de manques de performances du modèle provient aussi de sa faible capacité d’adaptation aux conditions humides. L’équipe s’est alors penchée sur la question et s’est focalisée sur la façon dont le monoplace se comporte quand il passe à des pneus pour piste humide.
Des modifications ont été dès lors apportées sur les conduits de freins avant. Elles consistent en l’insertion d’une fente dans le tambour de frein, fourni avec insert métallique et opérationnel pour les qualifications. Ceci a notamment permis de réguler la diffusion de la chaleur au niveau des freins et de la jante. La température et la pression dans les pneus se trouvent par la même régulées. Le changement de conditions climatiques lors du troisième GP F1 de l’année fut favorable à l’équipe qui n’hésita pas d’ôter l’insert métallique pour optimiser le contrôle thermique au niveau des gommes et aussi pour une meilleure adhérence des freins.

Cliquer pour commenter

Repondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actus populaires

Haut