Auto-moto

Transports routiers de personnes : les taxis en tête de la course

Le marché des voitures de transport avec chauffeur ou VTC est en développement incessant, mais les taxis restent les plus dominants sur le secteur du transport public particulier de personnes. En effet, en fin 2017, l’offre des taxis occupe les 68 % du marché, selon les rapports publiés par l’Observatoire national des transports publics particuliers de personnes. Créée en février 2017 suite à un décret, cette entité sert à observer le marché des VTC et des taxis afin de constater les changements et les développements chaque année. Elle vient alors de dresser un état des lieux complet du secteur qui, comme on le sait tous, a été confronté à plusieurs changements de règlementation ces dernières années. Dans son rapport du mois de juillet en 2018, l’Observatoire national des transports publics particuliers de personnes présente les premières statistiques des années 2016 et 2017. Suite à l’exploitation de différents facteurs comme le recensement des taxis, le registre des exploitants de VTC, les cartes professionnelles ou les licences, l’organisme permet, grâce à ces chiffres, d’avoir une vision globale sur le secteur du transport particulier de personnes. Mais pendant ce temps, les entreprises de taxi comme taxi Essonne continuent d’exercer le métier avec force, en proposant des services facilement accessibles par une réservation simple et rapide.

Le changement des réglementations

Les taxis et VTC sont règlementés par des conditions différentes. Les récents changements sur les règles sont issus de la loi Thévenoud du 1er octobre 2014 et de la loi Grandguillaume du 29 décembre 2016. Ainsi, untaxi Essonnene peut exercer qu’en possession de la licence ou de l’autorisation de stationnement délivrée par une autorité locale, qu’il s’agisse d’un artisan ou d’un exploitant. Quant aux VTC, un exploitant doit obligatoirement s’inscrire sur un registre national.

La loi Thévenouda été créée pour modifier les règles de création et de cession des autorisations de stationnement ou ADS des taxis. Ainsi, les autorisations créées depuis la loi et ont été délivrées gratuitement par la mairie, la préfecture ou les métropoles doivent être utilisées personnellement par le titulaire et ne peuvent être transmises. Pour les anciennes ADS, elles restent en vigueur avec leurs propres règles. Ces anciennes autorisations peuvent, en effet, être exploitées par le titulaire, le locataire, ou par un salarié dans le cas d’une entreprise de taxi Essonne.

Quant à la loi Granguillaume, elle a permis de renforcer la règlementation des VTC en modifiant le statut LOTI ou loi d’orientation des transports intérieurs. Le LOTI qui autorise les entreprises à réaliser des services occasionnels de transport collectifs en utilisant des voitures légères de moins de 10 places, après inscription sur un registre. Ainsi, les transporteurs LOTI n’ont plus désormais le droit de pratiquer ce genre de transport, c’est-à-dire, d’effectuer des services occasionnels avec un véhicule léger. Cette loi s’applique notamment à l’intérieur du périmètre de déplacement urbain ou PDU. Comme en Île-de-France où on trouve un tel périmètre, les capacitaires LOTI ne peuvent utiliser que des voitures de plus de 10 places pour transporter les passagers. Aussi, les LOTI peuvent toujours s’inscrire à un service de TVC, mais il faudra dans ce cas qu’ils respectent les mêmes encadrements que ceux des VTC. La possession de la carte professionnelle et la capacité professionnelle des conducteurs sont alors exigées. Ce dans le but d’améliorer les services et d’offrir une meilleure prestation aux clients.

Les taxis en Île-de-France

Si 71 500 véhicules ont été recensé en 2016, en 2017, le secteur du transport public particulier de personnes comptait 82 000 voitures au total dont 56 000 taxis et 26 000 VTC. Les taxis restent alors majoritaires avec une part de 68 % du marché. Cela dit, les inscriptions au registre des VTC ont aussi connu un fort accroissement depuis la fin de l’année 2017, notamment après la loi Grandguillaumme. Cette loi qui a formellement interdit les LOTI d’exploiter les VTC dans les grandes agglomérations. Selon le rapport de l’Observatoire, plus de 22 000 véhicules ont été enregistrés sur le registre des exploitants de VTC entre janvier 2016 et mai 2018.

Pour les taxis, environ 12 000 communes de France métropolitaine et 67 de Dom ont délivré un total de 38 442 licences. Selon toujours le rapport, on constate une forte concentration des taxis en Île-de-France et dans les espaces ruraux. Les entreprises de taxi Essonne ont aussi considérablement augmenté de nombre. Les taxis qui offrent aujourd’hui des services professionnels et pratiques aux clients, avec des conducteurs agréés et qualifiés pour le métier.

Outre l’Île-de-France, on retrouve également une forte concentration de taxi en Bretagne, sur la Côte d’Azur, et dans les départements touristiques ou les départements qui disposent de grandes agglomérations. On peut alors citer l’Isère, Savoie, Pyrénées-Atlantiques, Rhône et métropole de Lyon, Puy-de-Dôme, Haute-Garonne, Gironde, Vendée, Loire-Atlantique, Seine-Maritime, Nord, Moselle, Bas-Rhin et La Réunion.Aussi, les zones rurales sont également mieux pourvues en taxis avec 10 taxis pour 10 000 habitants, contre 8 en moyenne nationale et 30 à Paris. Quoi qu’il en soit, le service des taxis est très plébiscité en France, que ce soit dans les grandes agglomérations ou dans les espaces ruraux. Et pour cause, un taxi Essonne offre un transport confortable et pratique, avec des véhicules suréquipés afin de répondre au mieux aux besoins des utilisateurs. Par ailleurs, il s’agit du moyen de transport le plus économique et le plus rapide dans la mesure où l’on cherche le confort et la qualité de service lors de la course.

Un meilleur avenir

A en constater des chiffres en incessante expansion des taxis en France, il est possible d’espérer que ce genre de transport particulier de personnes connaisse une postérité bien meilleur dans un proche avenir. En effet, l’enthousiasme et le désir de devenir chauffeur de taxi ne cessent de s’accroitre, et ce, pour tous les statuts, artisans ou exploitants. En Île-de-France comme dans les autres départements, le succès des taxis n’a de cesse à augmenter, et dans quelques années, on retrouvera certainement plus de taxis que de véhicules particuliers dans les villes françaises. Et même dans l’agglomération de Nice où on trouve plus de VTC que de taxis, l’avenir n’est pas incertain pour ces derniers. On se demande alors, quand va s’arrêter le développement des taxis. Dans tous les cas, taxi Essonne propose des prestations de qualité avec des prix très abordables pour les clients. Une raison de plus de la réussite du secteur. Et avec le professionnalisme et la contribution des entreprises, on peut d’ores et déjà espérer de bénéficier d’un meilleur service au meilleur prix dans un proche avenir.

 

 

Cliquer pour commenter

Repondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actus populaires

Haut